L’esclavage en Nouvelle-France

Les Noirs ou Afrodescendants du Canada ne sont pas tous issus de l'immigration récente. Des Noirs vivaient au Québec et partout au Canada bien avant l'immigration récente des Haïtiens, Jamaïcains ou Africains.

On s'est longtemps plu à croire que la Nouvelle-France n'était pas esclavagiste parce que le Royaume de France s'affirmait « terre de liberté » et affranchissait tout esclave qui venait s'y réfugier. Or, des traces de racisme et de discrimination apparaissent dès la période de la Nouvelle-France, en particulier avec l'esclavage des Autochtones et des Noirs. Le sujet de l'esclavage a toujours été tabou au Québec et ailleurs au Canada.

Au Québec d'autrefois, sous les Régimes français et britannique, on a aussi pratiqué l'esclavage, même si c'était de manière moins importante que les États-Unis ou l'Amérique latine. Avant 1800, de la Gaspésie à Détroit (alors ville du Canada français), on compte plus de 4 000 esclaves selon l'historien Marcel Trudel, dont les deux tiers étaient des Amérindiens et l'autre tiers, d'origine africaine : esclaves achetés, vendus, cédés en troc ou donnés en héritage comme des biens meubles, en toute légalité.

Les esclaves d'origine africaine appartenaient surtout à des particuliers (marchands, commerçants, militaires, gouverneurs, évêques, prêtres, religieuses). La majorité des esclaves de la Nouvelle-France vivaient à Montréal ou dans les environs et travaillaient comme domestiques. Ils faisaient la lessive et la cuisine, et ils surveillaient les enfants. Certains travaillaient comme ouvriers agricoles ; d'autres faisaient des travaux plus durs : ils construisaient les postes de traite de la fourrure des Français et les défendaient. L'espérance de vie des esclaves était très courte : nombre d'entre eux mourraient avant d'atteindre l'âge de trente ans.

L'importation d'esclaves a d'abord été interdite dans le Haut-Canada (Ontario) en 1793. Malgré les efforts des anti-esclavagistes de la région de Montréal, il faut attendre jusqu'au 28 août 1833 pour que l'esclavage soit enfin aboli au Québec, alors que depuis 1759, l'esclavage était interdit par la loi en France. L'Angleterre met officiellement fin à l'esclavage en 1834 dans toutes ses colonies.

L'histoire a gardé le souvenir de quelques esclaves célèbres :

  • Olivier Le Jeune, originaire de Madagascar et rebaptisé du nom du clerc en chef de la colonie qui l'avait acheté, fut le premier esclave acheté en Nouvelle-France et qui y vécut. Il disparut le 10 mai 1654.
  • Marie Angélique, quant à elle, est une esclave condamnée à mort pour un incendie dont elle fut accusée et qui détruisit un hôpital et 45 maisons à Montréal, alors esclavagiste.
  • Dans les années 1950, on découvrit dans le village de Saint-Armand, près des rives du lac Champlain, non loin de Montréal, les vestiges du seul cimetière connu d'esclaves au Canada (Nigger Rock), qui daterait, selon la tradition orale de la région, du tournant du XIXe siècle. Présence que confirme un recensement de 1851 qui informe que 283 Noirs habitaient la région de Brome-Missisquoi.