Les blagues et les caricatures stéréotypées

Les stéréotypes et les préjugés peuvent générer des attitudes haineuses sous des formes apparemment anodines : les blagues, les dessins satiriques et les caricatures. Y a-t-il plus d'écervelées chez les blondes que chez les brunes ? Chez les Newfies (les Terreneuviens), y a-t-il plus de sots que chez les autres Canadiens ? Bien sûr que non ! Il s'agit de stéréotypes qui dénigrent un groupe, juste pour rire à ses dépens. Bien des stéréotypes sur des personnes, des groupes ethniques, religieux, sexuels ou autres sont dommageables, voire dangereux. Les reconnaître est le premier pas vers leur élimination. En exagérant les caractéristiques physiques de certaines minorités (nez busqué, longues dents, bouches lipues, cheveux frisés, yeux bridés, vêtements folkloriques), les caricatures cherchent à faire rire, mais en même temps, elles produisent des sentiments de ridicule, de laideur, de stupidité, voire de mépris. Il n'est pas rare que pareille représentation péjorative associe les sujets caricaturés à des comportements culturels ou ethniques stéréotypés comme le vol, la paresse, l'incivilité, la déloyauté, le machisme ou l'alcoolisme. Les conséquences peuvent être dévastatrices.

Critiquer ces caricatures qui rabaissent injustement des groupes entiers de personnes, c'est décourager l'exclusion et le racisme voilé en exerçant une censure légitime.