On parle de nous… Une histoire de réussite,
voir nos jeunes autrement!

Il y a trois ans, l’organisme Ensemble pour le respect de la diversité
a démarré un projet pilote…

Stéphane Bellavance porte sa paire de lunettes rouge pour soutenir les jeunes de 11 à 17 ans.

Publié le jeudi 18 septembre 2014

PUBLIÉ PAR MARIE-CLAUDE GUÉRIN

GRAND MONTRÉAL

Face aux besoins criants des adolescents québécois, la Fondation Québec Jeunes (FQJ) a décidé de lancer la toute première Semaine des 11-17 ans, afin de sensibiliser la population à la cause des jeunes en difficulté avec son porte-parole Stéphane Bellavance. Le nouveau symbole de la semaine est une paire de lunettes rouge. 

« C’est depuis la création de VRAK.TV que je fais de la Télé jeunesse, que je suis en contact direct avec les jeunes; alors quand la Fondation Québec Jeunes me demande de défendre les jeunes et leur donner un coup de main, ça me fait plaisir. La meilleure façon est avant tout de les écouter et, malheureusement, ces temps-ci les jeunes ont mauvaise presse. On parle d’eux comme étant trop sur Facebook et sur les médias sociaux ou jouant à des jeux vidéo, mais ce n’est pas vrai! Ils ont des rêves, ils ont plein de projets, ils s’impliquent. Il faut leur donner des outils, les encourager à s’unir aux autres et à s’impliquer. »

La FQJ existe depuis plusieurs années. Elle ramasse des fonds pour redonner à des organismes qui aident principalement les jeunes, soit sur le plan de l’intimidation, de la persévérance scolaire, de l’itinérance, de la santé, de l’estime de soi, ou sur les dépendances multiples, tous ces besoins qui font partie de la réalité des jeunes! « On pourrait donner comme analogie que FQJ, c’est le Centraide de la jeunesse. » Pour y arriver, la Fondation finance des programmes communautaires structurants et performants pour les adolescents de 11 à 17 ans. La FQJ reçoit en moyenne 90 demandes par année, et avec les fonds amassés, elle peut soutenir environ 40 projets, alors les besoins sont criants. Avec la semaine des 11-17 ans et les kiosques d’information au Centre-ville, la FQJ veut sensibiliser le public et sortir le message vers la population. Cette année seulement, c’est près de 20 000 jeunes qui auront recours aux services des organismes partenaires de la Fondation Québec Jeunes.

Une histoire de réussite, voir nos jeunes autrement!

C’est le cas de Marie-Édith, une jeune fille qui vient de la nation atikamekw. Elle a grandi à Manawan, mais au secondaire elle déménage à Joliette. Il y a trois ans, l’organisme Ensemble pour le respect de la diversitéa démarré un projet pilote dans 4 écoles, dont Joliette, Rosemère, Dorval, Manawan. Le programme Empreintes est un programme d’accompagnement de comité d’élèves du secondaire visant à agir concrètement pour promouvoir le respect de la diversité. Ce programme, financé par la FQJ, a changé la vie de Marie-Édith. Elle nous explique : « Avant, je vivais beaucoup d’intimidation, j’étais gêné et je n’avais qu’une amie. » Elle s’est jointe au comité Empreintes de son école. Les manifestations de racisme n’étaient par marginale, et se basaient le plus souvent sur une méconnaissance de la réalité d’autres groupes culturels, dont les Autochtones. C’est pour cette raison que Marie-Édith a décidé de placer une action qui permettrait à leurs collègues de classe d’apprendre sur l’autre. « Nous avons décidé de faire une bibliothèque humaine. Le concept est simple : agir comme un livre ouvert en mettant en relation les élèves avec des personnes ayant des réalités différentes. Après cette intervention, les jeunes de ma classe se sont mis à me parler, à être plus respectueux envers moi, je suis devenue moins gênée, j’ai développé des amitiés. » Après trois ans, le programme est bien rodé, Marie-Édith a maintenant son avenir tracé, elle est souriante, enjouée et pleine de rêve. Elle fréquente le Cégep Dawson et étudie en droit. « Le programme a changé ma vie. Je dis à tous les jeunes de foncer et de briser le mur. »

M. Bellavance, lui-même papa de deux enfants, s’impliquera davantage auprès de l’organisme. Le 5 mai prochain, il animera d’ailleurs le Gala Accroche Cœur de la Fondation Québec Jeunes. « C’est important de donner un coup de main. L’adolescence, c’est une période critique et déterminante; c’est important que notre société donne un coup de main. Nos jeunes sont notre relève, ils font partie de notre avenir. »

M. Bellavance aimerait que les gens puissent « Poser un regard différent, que ce soit pour leurs jeunes à eux, ou ceux qu’ils croisent. Posez un petit geste positif. Il y a des problématiques plus graves que d’autres, mais des fois un petit geste, qui semble anodin pour nous, peut dégénérer pour un adolescent. »

Vous pourrez rencontrer Stéphane Bellavance le 25 septembre à la Place Ville-Marie et le 26 septembre à l’Édifice Sun Life. La population sera invitée à se procurer une paire de lunettes rouges symbolique au coût de 10 $.

M. Bellavance et Marie-Édith invitent la population à se prendre en photo avec les lunettes rouges et à diffuser les images sur les réseaux sociaux. Cliquez « J’aime » sur le Facebook de la Fondation et partagez!

Cliquez ici pour lire l'article sur le site de HUMAGO.